Enfants et avion : 4 déconvenues courantes.

Voyager avec ses enfants en avion : gare aux déconvenues !

Bonne nouvelle, vous partez en voyage avec les enfants et en avion.

Tout est prêt et réservé dans les règles de l’art ! Mais à peine arrivé à l’aéroport, vous êtes à l’enregistrement et ça tourne au vinaigre :

-Vous apprenez qu’il n’y a pas la possibilité d’avoir un berceau pour votre enfant de moins de deux ans !

Votre incompréhension est totale. Vous avez bien tout vérifié ( l’âge , le poids, la taille selon les critères de la compagnie ) et votre enfant rentre bien dans les critères. Oui, mais ce service que propose les compagnies aériennes (quand il est gratuit ) est « sous réserve de disponibilité ». Et cette disponibilité est réduite car les places où l’on peut installer ce dispositif sont peu nombreuses.

Pour mieux comprendre, il faut savoir que les berceaux se clipsent sur les cloisons à l’intérieur de l’avion.

Ne comptez pas les sièges ce n’est pas a l’échelle … /Crédit photo : Catherine Jobert

On voit avec mon « magnifique » schéma que sur un avion de plus de 400 places seuls 8 sièges en classe économique peuvent accueillir un berceau … Et ces 8 sièges ont déjà été attribués à des familles qui ont enregistré avant vous.

Pour être sûr à 100% d’avoir l’une de ces places la prochaine fois, payez un supplément pour réserver spécifiquement l’un de ces 8 numéros sièges.

Vous êtes super-organisés et/ou vous lisez famille de voyageurs et vous avez donc réservé votre siège avec la possibilité d’avoir un berceau. Vous êtes zen, enfin jusqu’à ce que :

-On vous annonce que même si vous êtes une famille ( deux adultes, 1 enfant de 2 ans et 1 bébé de 7 mois ), vous ne voyagerez pas côte à côte …

Et oui, les sièges où l’on met les berceaux sont aussi des sièges qui ont plus de place pour les jambes. Ils sont donc attribués avec supplément à des gens qui n’ont pas forcement de bébé mais qui ont payé ce confort. A savoir aussi, certaines compagnies les rendent prioritairement disponible gratuitement, sur demande à la réservation, à leurs clients les plus fidèles. Le plus souvent, ce sont des hommes/femmes d’affaires qui voyagent très fréquemment.

Exemple de siège pouvant accueillir des familles qui en réalité accueille prioritairement des « fréquent flyer « ,au demeurant très sympathique ! Crédit Photo : Catherine Jobert

Alors que les compagnies communiquent majoritairement sur les services rendus gratuitement aux familles avec enfants, la réalité est toute autre. Le regroupement des passagers d’une même famille n’est donc pas assuré, loin de là.  C’est comme cela que l’on peut vous annoncer froidement au guichet que l’un des adultes va s’occuper des deux enfants pendant 7 heures de vol. L’autre parent sera deux rangs derrière. Encore une fois, le seul moyen d’être assuré de voyager ensemble est de payer le supplément pour le choix de tous les sièges à la réservation.

Maintenant, c’est bon, vous pensez être à l’abri des déconvenues. On vous a remis les cartes d’embarquement avec les sièges que vous avez bien réservés (cher) : il n’y a plus qu’à s’installer confortablement dans l’avion. Vous tendez votre poussette à l’hôtesse pour qu’elle puisse la ranger dans un endroit adéquat et elle vous annonce que :

– Votre poussette va aller en soute.

Vous aviez pourtant lu que les poussettes étaient autorisées en cabine. En plus, vous avez une escale de 6h alors, sans poussette avec le bébé de 7mois ! Oui, oui, c’est autorisé : « sous réserve de disponibilité » ! Donc, si l’avion est plein à craquer, il va bien falloir caser tous les bagages à main des passagers. Il n’y a plus de place alors dites « bye bye » à votre poussette. C’est aussi pour éviter cela que je privilégie le sac à dos porte-bébé en voyage. Au moins, je suis sûre qu’il me suivra partout ! Sinon, vous aurez peut-être la chance de faire votre escale dans un aéroport qui met, comme pour les chariots à bagages, des poussettes à disposition.

Lors d’une escale à Singapour, la poussette mise à disposition par l’aéroport nous a bien dépannée ! Crédit photo : Catherine Jobert

Voyageurs aguerris et parents prévenants, vous vous tenez au courant de tout ce qui se fait de mieux pour améliorer le confort de vos voyages. Vous êtes installés, vous avez des places côte à côte, bébé est dans son berceau, le sac porte-bébé au dessus de votre tête. Vous êtes au top ! Il ne manque plus qu’à installer votre « grand » de 2 ans. Il va faire un excellent voyage et pour ça, vous avez investi. Vous avez pris un lit gonflable ou un Bed box : accessoires qui prolongent l’assise du siège de l’enfant pour qu’il puisse s’allonger. Au moment où vous vous apprêtez à l’installer, le steward vous annonce que :

-Vous ne pouvez pas utiliser de dispositif de confort. Ce matériel n’a malheureusement pas encore été validé par le service de sécurité de la compagnie.

Et oui, ces belles inventions peuvent réellement révolutionner le confort d’un vol pour les plus petits. Cependant, elles ne sont pas admises sur toutes les compagnies aériennes. Il faut bien chercher sur les sites des compagnies mais normalement ils l’affichent. Par exemple, Air France l’écrit noir sur blanc sur sa page consigne famille AirFrance .

La bonne nouvelle c’est que nos petits bouts peuvent dormir n’importe quand, n’importe où et surtout n’importe comment ! Crédit photo : Catherine Jobert

Bonus ! Mon petit conseil : vous avez la possibilité de bénéficier de menus enfants ou menus spéciaux si besoin. C’est sur demande et ils seront (normalement) adaptés et sans supplément alors, n’hésitez pas à le spécifier à la réservation.

Bon vol !

Cath’

 

 

 

 

 

 

 

Pas encore abonné à nos pages ??? Il n'est jamais trop tard ! Un petit clic par ici et c'est partiiiii !