Voyage : 5 indispensables

Les 5 indispensables du voyageur.

Quand on part en voyage, on se lance souvent vers l’inconnu . On se retrouve donc parfois (ou souvent, selon son niveau de poisse) dans des situations incongrues, cocasses, désopilantes, parfois inextricables, de temps en temps absurdes … Une chose est sûre, elles nous laisseront des souvenirs pour la vie. Pour être certain d’en rire une fois l’émotion passée, je vous conseille ces 5 indispensables. Ils sont pour moi les meilleurs moyens de « survivre » à n’importe quelle situation un peu (ou très) délicate.

 

1-Connaître les mots de base dans la langue du pays.

Dans son petit livret de voyage promotionnel « parler Europeen  » Bouygues Telecom avait, comme moi, jugé le mot « Toilettes » essentiel ! Crédit photo : Catherine Jobert

Non, tous les habitants de la planète ne parlent pas votre langue ni l’anglais … Et bien évidement, tous les panneaux du monde ,même dans les lieux touristiques, ne comportent pas forcement de pictogrammes.

Et alors ? Il est bon de savoir dire au minimum : « Bonjour », « Merci », « Au revoir », « Manger », « Boire » et « Toilettes ». De vous à moi, si vous n’êtes pas doué pour les langues étrangères ou si vous avez très peu de temps avant votre départ, contentez-vous de retenir le mot « Toilettes ».

En effet, les formules de politesse peuvent être remplacées par un sourire. « Manger » et « Boire » peuvent être mimés par un simple geste. Alors que, pour en avoir fait la folle expérience, mimer « toilettes » dans un hall de gare bondé au fin fond du Sri Lanka sera un exercice beaucoup plus gênant (j’ai laissé, lors cette performance, 99 % de ma dignité sur place).

Bref, savoir parler quelques mots, c’est aussi le signe de vouloir réellement découvrir le pays et rentrer en communication avec les habitants. Et ça, c’est toujours bien vu !

2-Toujours avoir un peu de cash.

Même quand on parle couramment la langue du pays, certains problèmes de « communication » subsistent parfois … Il est alors conseillé de changer de langage et d’employer une langue internationalement connue et reconnue : l’argent !

Et oui, vous verrez comme par magie des soucis de : douane, police ,taxi, réservation, disponibilités … s’envoler à la vue de quelques billets. Oui, c’est injuste. Ça fait râler. On se dit que le touriste n’est parfois bon qu’à se faire plumer. Oui, Oui, Oui, et « re » Oui mais sachez que dans les pays où cette pratique est courante, elle ne l’est pas qu’avec vous. C’est tout un système qui est corrompu. En conséquence, pour les locaux, c’est très souvent la même chose.

3-Lire un manuel de survie (au moins une fois).

Voyager, c’est aussi se retrouver face à un environnement que l’on ne connait pas

Grisette est toujours de bon conseil ! Crédit photo : Catherine Jobert

forcement ! C’est être au contact d’une faune et d’une flore qui sont loin de ce que l’on connait habituellement (surtout pour les urbains). De nombreux touristes se perdent chaque années lors d’excursions … A la base, la petite famille part seulement se promener pour quelques heures et se retrouve perdue !

BHOU ! Oui, je sais c’est un vilain cauchemar ! Mais dans ces cas là, on est content de savoir faire du feu, de connaitre les bases pour faire un abri de fortune, et le B.A.BA pour éviter d’attirer les insectes et les animaux sauvages.

4-Avoir toujours sur soi sa mini trousse « MacGyver »

Oui, je sais, ça fait deux mini-trousses à toujours avoir avec soi. Effectivement, comme vous lisez et suivez assidument les conseils de « Famille de voyageurs » vous avez déjà la  mini pharmacie de voyage

Je vous conseille de toujours avoir aussi la trousse de « MacGyver » avec à l’intérieur :

Pour attacher, ficeler, accrocher :

– une cordelette

– 2 pinces à linge

– 4 épingles à nourrice

– 3 élastiques (un petit et deux gros)

Essayer de réparer :

– un kit de couture

– 3 trombones

– 1 stylo Bic

Faire du feu :

– 1 briquet

– du papier

– 1 miroir de poche

Éviter les petits tracas (être dans le noir, se laver les mains ou un ongle qui accroche )

– une petite lampe torche

– une solution hydroalcoolique

– une lime à ongles

Avec tout ce bazar vous pourrez bricoler et rafistoler tout un tas de choses voir même, en situation désespérée, survivre !

Vraiment mini cette trousse « MacGyver » est bien utile ! Crédit Photo : Catherine Jobert

5- Garder le sourire

Il faut être logique, quelqu’un d’énervé qui s’agite, crie ou qui tout simplement « fait la gueule », on n’a pas forcement envie d’aller vers lui ou de faire quelque chose pour lui. Je sais, quand il nous arrive un soucis à l’autre bout du monde on a pas forcement le « smile ». Mais il faut respirer, se dire que tout problème a une solution et aller vers les gens tout sourire. Ainsi vous mettez toutes les chances de votre coté pour obtenir de l’aide.

 

Bonus ! Mon petit conseil :

Quand ma mini trousse « MacGyver » n’est pas en voyage, elle est rangée dans la boite à gants de ma voiture, au cas où …

 

Cath’

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas encore abonné à nos pages ??? Il n'est jamais trop tard ! Un petit clic par ici et c'est partiiiii !