Cauchemars de voyageurs : le top 10 !

Cauchemars de voyageurs  : le top 10 avec leurs « Happy ends » !

 

Tous les voyageurs ont ce petit « trac » à la veille du départ.

Un savant mélange d’excitation, de stress, de joie et, parfois, un peu d’appréhension ou de peur …

Et oui, même si on a tout prévu, de temps en temps, la bonne humeur du voyage vire à l’angoisse.

Alors, en ce 31 octobre 2018, jour d’Halloween : tremblez !

Je vous ai fait une petite liste des imprévus les plus terribles, des déconvenues les plus tristes mais aussi des affreuses déceptions  et des galères horribles !

Bref, je vous ai préparé le top 10 des cauchemars du voyageur « HAHAHAHAHAAAAAAAAAA » (rire diabolique).

1- Mon vol est annulé.

Ça, c’est déjà terrible mais parfois les suivants sont complets ou il y en a qu’un par semaine et ça, c’est vraiment horrible !

Solutions pour un « happy end » : je change de compagnie ou d’aéroport. J’y vais avec un autre moyen de transport ou je décale carrément les dates du séjour ou l’ordre des étapes de mon voyage.

2-Mes bagages sont perdus.

Alors, bien évidement, c’est rageant mais voyons le bon coté des choses … Non, désolée, il n’y a pas de bon coté : c’est rageant !

Solutions pour un « happy end » : j’en profite (selon la destination) pour faire du shopping sur place et même faire des bonnes affaires. Sinon, je peux aussi ne racheter que le strict nécessaire et en faire don à une œuvre de charité à mon retour si le « style » n’est vraiment pas à mon goût. Et relativiser, certains ont vu leur vol annulé …

Votre bagage est perdu mais rassurez-vous tout est sous contrôle ! Crédit photo : Catherine Jobert

3-Je crève avec la voiture de location en quittant l’aéroport.

Et comme moi j’ai la chance d’avoir récupéré mes bagages, je dois tout sortir du coffre et tout étaler au bord de la route pour changer ma roue !

Solutions pour un « happy end » : Avoir la mini trousse MacGyver et relativiser en me disant que certains n’ont même pas quitté l’aéroport et sont toujours en train de remplir les formalités de perte de bagages.

4-Le taxi a fait un trajet 1h plus long et à 200 euros

Vous vous êtes sûrement mal compris … La barrière de la langue peut-être ?

Solutions pour un « happy end » : Euh ??? Payer et oublier très vite ce détail… Et relativiser car certains sont toujours en train de changer leur roue sur la bretelle de sortie de l’aéroport.

5-L’hôtel n’a pas enregistré ma réservation.

Il est une heure du matin, j’ai fait 26 heures de vol, 3 escales et la réception de mon hôtel ne trouve pas mon nom … J’ai pourtant ma confirmation mais  » non désolé et c’est complet ! ». J’ai envie de pleurer et/ou d’arracher la tête de la personne de la réception mais je vais perdre du temps et il faut m’activer pour trouver une solution de repli rapidement.

Solutions pour un « happy end » : demander au réceptionniste si ma réservation n’a pas été enregistrée mais à un autre nom ou une autre date … Il peut arriver qu’un décalage de jour ou de mois soient en cause … Dans le cas où il n’y a vraiment pas de solution dans cet hébergement, garder mon calme. Je peux solliciter l’aide de la réception pour appeler dans un premier temps un hôtel ou une auberge (le plus proche possible et le moins cher possible) ayant de la disponibilité. Après une bonne nuit de sommeil, j’ y verrai plus clair pour trouver un nouvel hébergement. Et même si j’ai payé un petit surcoût, relativiser car certains ont déjà payé l’équivalent de deux nuits supplémentaires rien qu’en taxi.

6-Ma chambre à vue sur le parking et les poubelles de l’hôtel.

Mais au loin (très loin), on voit des arbres !

Solutions pour un « happy end » : demander gentiment que l’on me transfère dès que possible dans une autre chambre (parfois après 1 ou 2 nuits, c’est possible). Sinon je peux toujours garder à l’esprit que je n’ai pas fait tous ces kilomètres pour rester enfermer et relativiser car j’en connais qui n’ont même pas de chambre.

Bel exemple de vue sur le parking mais sans les poubelles ! Et ne soyez pas rabat joie : on voit aussi de jolis arbres ! Crédit photo : Catherine Jobert

7-La climatisation a rendu son dernier souffle.

Rien à faire, j’ai appuyé sur tous les boutons et la climatisation ne fait plus son doux bruit de tracteur. Mais le réparateur passera au plus tôt (dans 3 mois) pour réparer ça.

Solutions pour un « happy end » : je peux toujours brancher le ventilateur au plafond ou demander à la reception de m’en prêter un d’appoint. Dans le pire des cas, je fais des courants d’air en ouvrant portes et fenêtres. Enfin, relativiser car certains ne peuvent même pas faire ça à cause de l’odeur des poubelles !

8-C’est infesté de moustiques, d’araignées et d’insectes en tous genres.

Et comble de désespoir, j’ai même des lézards dans ma chambre, beurk !

Solutions pour un « happy end » : Bonne nouvelle : les lézards sont inoffensifs et ils mangent les moustiques et les insectes. Ils sont donc mes meilleurs alliés dans cette lutte ! Pour les moustiques, il existe aussi d’excellents sprays. Enfin, la moustiquaire reste pour se protéger de toute cette faune ce qu’il y a de plus efficace ! Et contrairement à d’autres (pauvres malheureux), j’ai  peut-être la chance d’avoir la climatisation. Alors, j’en profite : les moustiques n’aiment pas le froid !

Voici le petit gecko qui vous débarrassera peut- être de vos moustiques, si vous êtes chanceux ! Tikehau-Polynésie Française /Crédit photo : Catherine Jobert

9- La piscine est en travaux.

Et les courts de tennis, la salle de sport, de billard, le terrain de volley, le kid’s club aussi même le coin bibliothèque est en train d’être repeint …

Solutions pour un « happy end » : sortir un maximum de l’hôtel pour visiter et découvrir (même en mode farniente, il y a toujours des plages ou criques à découvrir). Prévoir des  petits jeux de voyages à faire partout pour occuper, si besoin, « les temps morts ». Et relativiser, certains attendent terrorisés par « les bébêtes » la fin du séjour, cloitrés, dans leur chambre sous leur moustiquaire.

10-Les voisins ont un comportement épouvantable.

Ils parlent fort (très fort), rentrent ivres à 3 heures du matin, claquent les portes et laissent leurs plateaux de petit-déjeuner devant ma porte … Bref, c’est pas un cadeau !

Solution pour un « happy end » : Un petit mot cordiale suffit souvent … Je peux aussi en toucher un mot à la réception qui parfois fait le médiateur. Dans tous les cas, relativiser car certains n’entendent pas ce que font leurs voisins à cause du bruit des travaux dans l’hôtel.

 

Et comble de l’horreur, il est bien évidemment possible de cumuler les points de 1 à 10 entre eux !

Alors? Tout ça, ça fait peur hein ???

Happy Halloween !

Cath’

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas encore abonné à nos pages ??? Il n'est jamais trop tard ! Un petit clic par ici et c'est partiiiii !